Des banques beaucoup trop populaires

À une époque où d’aucun ragent contre les banques, ces rapaces assoiffés de profit, il y a une autre catégorie de banques qui elles, malheureusement, sont beaucoup trop populaires: les banques alimentaires. Banques alimentaires Canada, une association regroupant ces organismes, publie depuis 1989 le « Bilan-faim » (déjà, le titre), une étude annuelle de l’utilisation que les Canadiens en font. Quelques chiffres tirés de la dernière édition (disponible en ligne):

Près de 800 000 Canadiens (soit 2,4% de la population) ont obtenu de l’aide alimentaire en mars 2009, soit une hausse de 18% par rapport à mars 2008, la plus forte hausse en 20 ans (i.e., depuis que cette étude est réalisée). De ce nombre, 37% sont des enfants et 19% des personnes aidées reçoivent un salaire; une famille sur cinq qui a recours à une banque alimentaire a un de ses membres qui travaille! Étonnant autant que spectaculaire, l’Alberta a connu une hausse de 61% du nombre de personnes ayant eu recours aux banques alimentaires en 2009, comparativement à 2008; en Ontario c’est une hausse de 19%; mesure concrète, s’il en est, des effets de la crise économique. La moitié des ménages aidés sont des familles avec enfants.


Non seulement les canadiens contraints d’avoir recours (souvent après avoir tout perdu, y compris leur fierté de citoyen et de travailleurs), le tiers des banques alimentaires manquent de denrées pour répondre à la demande…

Au final, 8,8% de la population canadienne, soit 2,7 millions de personnes, connaîtront l’insécurité alimentaire en 2010. Pas pire, pour le plus meilleur pays du monde…

3 réflexions au sujet de « Des banques beaucoup trop populaires »

Laisser un commentaire