L’indécence des milliardaires

Le magazine français Marianne a publié un très intéressant dossier sur les « hyper-riches » (on peut se procurer la version électronique en ligne pour 2,50€). Les hyper-riches, ce sont les multi-miliardaires, ces hommes (et quelques très rares femmes) qui disposent de fortune dont on a peine à imaginer le pouvoir. On ne parle pas ici des quelques 8600 millionnaires dans le monde (source). Mais bien des Bill Gates, Warren Buffet, princes saoudiens du pétroles et nouveaux Russes richissimes.

Dans ce numéro, on peut lire une intéressante entrevue avec le philosophe Michel Onfray sur « L’indécence des milliardaires. » En plus de dire l’évidence (la philanthropie des hyper-riches est un acte égocentrique et auto-valorisant, l’indécence ne réside pas dans la richesse mais dans l’inégalité), Onfray synthétise bien la mouvance en réaction à cette super-classe mondiale qui détient les véritables pouvoirs. Pour Onfray (et moi!), c’est par la « micropolitique » que cette résistance passe (dans la mouvance de Foucault, Deleuze et Guattari). Un postanarchisme citoyen, communautaire et centré non pas sur l’égo et la proximité de la tribu, mais dirigé vers l’autre.

La politique n’est plus affaire de partis mais de citoyens et de consommateurs capables d’inventer des modes alternatifs à la production et à la distribution capitaliste.

Au moment où la planète compte 1,7 milliards de pauvres (1 humain sur 4), comme je le rapportais récemment, cela donne à réfléchir sérieusement à notre condition humaine.

Laisser un commentaire