Dans un monde en noir et blanc seules les étoiles sont en couleurs

Grâce à la magie des réseaux sociaux, j’ai découvert hier un magnifique et émouvant court-métrage: « J’ai vomi dans mes cornflakes » de Pierrick Servais, « une production mais pas un produit » (dixit le générique).

Pierrick Servais, jeune homme de 28 ans, réalise des « courts-métrages bricolés ». Bricolage, peut-être, mais résultat impressionnant. Celui-ci, d’ailleurs, a remporté plus d’une dizaine de prix (la liste est ici).

Trois minutes 35 coup-de-poing sur une des pires exclusion: celle de la perte de l’espoir et des rêves, particulièrement celui d’avoir sa place dans la société: « Si les enfants veulent tous devenir astronautes, c’est pour se barrer de cette Terre où ils devront vivre toute leur vie. » Une dose de désespoir, mais aussi un appel à une force réelle, authentique et vivante. Et peut-être, en filigrane, à la solidarité.

À voir, absolument. À partager, également.

Laisser un commentaire