Local, complexe et spécialisé – les nouveaux modèles organisationnels

13 octobre 2010  |  Publié dans Analyses, Avant c'était pas pareil, Sections, Thèmes  |  1 commentaire

Plusieurs forces et tendances structurelles modifient de plus en plus rapidement les modèles organisationnels de nos entreprises, mais aussi des organisations publiques ou communautaires: globalisation, diffusion de plus en plus importante et aisée de l’information, accélération des transformations technologiques et sociales, etc.

Les faits

  • Nous faisons face à une hypermobilité socio-économique, tant de la main-d’œuvre que des consommateurs (qu’ils soient clients finaux ou entreprises intermédiaires), autant dans dans l’espace que dans les comportements économiques.
  • Le modèle des grandes entreprises proposant une offre uniformisée de leurs produits et services tend à ne plus fonctionner, du moins dans certains secteurs.
  • Les dirigeants et gestionnaires connaissent un sens du vertige devant la rapidité et la multiplicité des transformations de leurs marchés (perte de points de repère habituels, surprises constantes, impossibilité de planifier à moyen et long terme).
  • La réputation, le curriculum, la notoriété et l’image de marque ne suffisent plus aussi facilement à convaincre l’acheteur ou le consommateur.

Les effets

Ces réalités trouvent leurs sources et ont des effets principalement à trois niveaux: le marché ou la demande ; les processus de production et de mise en marché et les facteurs externes ou environnementaux. Le tableau suivant résume ces causes et conséquences (cliquez pour agrandir).

Les organisations font donc face à trois pressions qui s’imbriquent l’une l’autre:

  • Local : Des tendances de fond du marché (demande pour des produits locaux et de proximité), les pressions sans cesse à la hausse sur les coûts de transport et de logistique et la nécessité pour les entreprises de proposer une offre qui se différencie de la production de masse à bon marché font en sorte qu’il y a un retour au local.
  • Complexe : La multiplication, qualitativement et quantitativement, des marchés, produits, processus et interactions s’explique par une sophistication de plus en plus grande des acheteurs, la pertinence de moins en moins grande du modèle de grande entreprise intégrée à la production uniforme et l’accès à des gammes de produits plus élargis.
  • Spécialisé : Des marchés de plus en plus hétérogènes et spécifiques (micro-marchés), la capacité de produire en petite séries et de façon plus personnalisée et ciblée (connaissance rendue possible par des bases de données client étoffées), les rapides développements techniques et scientifiques en recherche appliquée permettent le développement de produits et services de niche très spécialisés.

Qu’est-ce qu’on fait ?

Les organisations ont peu de marge de manœuvre et doivent s’adapter rapidement pour faire face à ces réalités, par exemple en combinant plusieurs de ces tendances:

  • Local + Complexe : offrir des produits et des services de proximité, ayant une « saveur » locale et une relation proche de la demande des clients.
  • Complexe + Spécialisé : développer des produits et des services très nichés, en collaboration avec un réseau de partenaires élargi.
  • Spécialisé + Local : offrir des produits et services spécialisés, qui, même s’ils suivent une recette établie, sont perçus comme adaptés à la fois aux spécificités locales, au désir d’authenticité de la clientèle et à ses exigences particulières.

Commentaires

  1. L’ère exponentielle: l’explosion du prix des matières premières | Ianik Marcil a commenté:

    29 juin 2011 à 13 h 57(#)

    [...] 3.- La complexification des modèles économiques et d’affaires – multipliant les défis à la fois pour les entreprises, les travailleurs, les consommateurs et l’État (cf. mon analyse, Le modèle LCS). [...]

Laissez un commentaire



Joignez moi par courriel   Abonnez-vous dans votre agrégateur RSS   Mon profil LinkedIn    Ma page Facebook    Suivez-moi sur Twitter    Joignez-moi sur academia.edu

Abonnez-vous aux mises à jour par courriel:

Je suis économiste indépendant, spécialisé en transformations technologiques et sociales, en développement économique, justice sociale et économie de la culture. Je suis chroniqueur au magazine L'Itinéraire à Montréal, au webzine en arts visuels ratsdeville et blogueur et chroniqueur au Journal de Montréal et au Journal de Québec et je publie des recensions critiques d'essais dans le Huffington Post Québec. J'interviens régulièrement dans plusieurs autres médias, radio, télé et presse imprimée et électronique.

On peut consulter mes interventions dans les médias ici et quelques unes de mes publications ici.

Événements publics

   août  2014 »
DLMaMeJVS
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31