Il y a urgence de remettre un ministre à sa place

Ce soir s’ouvre le 12e et dernier État d’urgence de l’Action terroriste socialement acceptable, qui se tient jusqu’à dimanche. Depuis 12 ans, Annie Roy et Pierre Allard les deux cofondateurs de l’ATSA, tiennent ce projet à bout de bras et maintenant, à bout de souffle.

En effet, dans sa sagesse magnanime, le ministère du Patrimoine canadien a retiré, quelques jours avant l’événement, une importante subvention qui permettait à ce projet de survivre. Encore une fois, un geste inexplicable et inexcusable, annoncé au dernier moment, comme cela avait été le cas pour le financement des Festivals, juste avant les Francofolies ou des tournées artistiques internationales (j’en parlais ici). Les arguments pour ce refus, sont, de plus, nauséabonds: le ministère considéer que l’événement ne correspond pas au « retour recherché sur l’investissement* » comme le rapporte Rima Elkouri dans un excellent article, ce matin. En quoi une activité artistique ou communautaire, voire les deux comme ici, doit-elle générer un « retour sur investissement »? Révoltant.

En tout cas, si vous êtes à Montréal d’ici dimanche, allez encourager des gens qui se démènent pour donner un peu de chaleur, au propre comme au figuré, aux itinérants de Montréal. Des tonnes d’activités artistiques sont planifiées: musique, poésie, expos. Mais surtout un grand geste de solidarité et de fraternité envers des femmes et des hommes de la rue qui en ont bien besoin. Le thème cette année est Tou(s)t inclus – pour ceux qui n’ont rien de ces forfaits au soleil dont plusieurs d’entre nous profiterons cet hiver, mais surtout TOUS inclus, car la vraie violence de l’itinérance, c’est l’exclusion, comme je le répète souvent.

Et je vous invite à faire comme moi, et à vous insurger contre cette décision stupide et inacceptable de Patrimoine Canada en écrivant à son inénarrable ministre, James Moore. En ces temps de textos, Twitter et pétitions en ligne, faites le donc par une vraie lettre sur du vrai papier – l’impact n’en sera que plus grand:

L’honorable James Moore
Ministre du Patrimoine canadien
et des Langues officielles
Ottawa (Ontario)
K1A 0A6

Sur votre lancée, écrivez aussi à Annie Roy et Pierre Allard de l’ATSA pour leur signifier votre soutien. Sans oublier un petit chèque à insérer dans l’enveloppe !

ATSA
4430, rue Drolet
Montréal (Québec) H2W 2L8

* Et on passe sous silence l’utilisation de cet affreux anglicisme.

2 réflexions au sujet de « Il y a urgence de remettre un ministre à sa place »

Laisser un commentaire