Du système d’innovation au système de création

Dans ma dernière chronique, je tentais de circonscrire ce qui définissait le « statut » d’artiste. J’y esquissais un critère qui permette d’identifier ce statut (« artiste professionnel »), à savoir que le « véritable » artiste est celui qui innove, qui crée la nouveauté. Je faisais, ainsi, un parallèle avec l’économie de l’innovation. Un scientifique innovateur dans ce système est celui qui se distingue par la création de nouvelles solutions. Je prétends donc que l’artiste « véritable » est celui qui, de la même façon, crée de nouveaux langages plastiques, explore des avenues inédites.

Ce critère me parait important en ce qu’il est complémentaire à une analyse purement sociologique, qui accorderait le statut d’artiste par son appartenance à une association professionnelle, par exemple, ou au fait qu’il soit soutenu financièrement par un organisme tel un Conseil des arts.

Cependant, l’artiste « innovant » inscrit sa démarche dans un ensemble de relations sociales, qu’il soit « subventionné » ou non. Mon critère esquissé doit donc être complété par une analyse de l’environnement de l’artiste.
Poursuivez votre lecture de cet article que j’ai publié dans le webzine des arts visuels, Rats de Ville.

Laisser un commentaire