La résurrection de Laurent de Médicis

Laurent de Médicis, dit le Magnifique – portraituré ici par Girolamo Macchietti – était ainsi surnommé parce qu’il était généreux envers son peuple, surtout pour le développement des arts et des sciences. Ayant régné sur Florence pendant plus d’une vingtaine d’années, il est l’un des principaux artisans de la Première Renaissance italienne. Il a été le protecteur d’un grand nombre de savants et d’artistes, le plus illustre d’entre eux étant sans doute Michel-Ange, qui vécut même dans l’une des résidence du maître de Florence.

Il représente en quelque sorte l’archétype du prince-mécène de la Renaissance qui soutient le développement culturel de son peuple. Détail non négligeable, la fortune (financière) de Laurent de Médicis ne lui permettant pas toujours de soutenir les arts et les sciences au niveau qu’il l’aurait souhaité, il a usé à de nombreuses reprises de son pouvoir et de son influence pour inciter la bourgeoisie naissante à faire de même (Cloulas, 1982). Sans le nommer ni en avoir l’intention explicite, le prince florentin a ainsi mis en place un système de financement des arts et sciences mixte public-privé.

Poursuivez votre lecture de cet article que j’ai publié dans le webzine des arts visuels, Rats de Ville.

Laisser un commentaire