Punkonomie – Nouveau blog sur Voir.ca

12 janvier 2012  |  Publié dans À la une, Jeux de pouvoir, Nouveautés, Sections, Thèmes  |  1 commentaire

Dessin de Screaming Mad George, Punk Magazine, no. 8, 1977

Punk has always been about doing things your own way. What it represents for me is ultimate freedom and a sense of individuality.
Billie Joe Armstrong

À l’invitation de Simon Jodoin, je commencerai à tenir un nouveau blog sur le site de Voir que j’intitulerai « Punkonomie. »

Il s’agit d’abord d’un clin d’œil à Freakonomics, les célébrissimes livre et blog de mon confrère Steven Levitt, prof d’économie à l’Université de Chicago et le journaliste du New York Times Stephen J. Dubner. Ces messieurs utilisent l’approche conventionnelle des sciences économiques pour étudier des sujets non conventionnels (drogue, avortement, lutte sumo, par ex.). La « punkonomie » que je propose dans ce nouveau blog utilisera, à l’inverse, des approches non conventionnelles à l’analyse de problèmes économiques conventionnels, comme le chômage, les exportations, l’innovation ou le développement économique, par exemple.

La « punkonomie » est l’étude punk des phénomènes économiques. Depuis de nombreuses années, je me présente souvent comme un « punk à cravate. » Par effet comique, bien sûr. Mais aussi, plus sérieusement, parce que je considère que l’idéologie punk (du moins comme je l’entends [1] ) offre une approche, une attitude, qui permette à la fois une meilleure compréhension du monde dans lequel nous évoluons et l’obligation d’en suggérer des transformations profondes.

J’entends par idéologie punk:

  • une suspicion de principe contre l’establishment, quel qu’il soit (politique, économique, culturel, scientifique);
  • la volonté de faire par soi-même ( « do it yourself » ) – particulièrement, son opinion;
  • corolaire: dépendre le moins possible des autres – particulièrement, pour forger son opinion;
  • la volonté de déconstruire toute forme de pouvoir pour en révéler les mécanismes intrinsèques;
  • la promotion de la liberté individuelle;
  • un rejet de toute adhésion à des idéaux culturels imposés par la société, particulièrement politiques, consuméristes et religieux;
  • la valorisation de l’expérimentation, d’essayer ce qui n’a pas été fait pour le plaisir d’en connaître les conséquences;
  • une remise en question drastique, continuelle et sans compromis du mode d’organisation sociale dans lequel nous vivons.

J’entends donc questionner, analyser et provoquer la réflexion en appliquant ces principes à l’étude des phénomènes économiques d’actualité. Je vous invite donc à me lire la nouvelle plateforme de blogs de Voir, qui intègre maintenant une trentaine de blogueurs de tous horizons (dont parle le Devoir, notamment, ce matin), sur Punkonomie. J’y publie aujourd’hui mon premier billet: « Le complexe de richesse. »

Pour ceux que l’idéologie punk intéresse, un texte incontournable est « A Punk Manifesto » écrit par Greg Graffin, chanteur du groupe Bad Religion, maintenant spécialiste de la théorie de l’évolution:

PUNK IS: the personal expression of uniqueness that comes from the experiences of growing up in touch with our human ability to reason and ask questions.
PUNK IS: the personal expression of uniqueness that comes from the experiences of growing up in touch with our human ability to reason and ask questions.
PUNK IS: a movement that serves to refute social attitudes that have been perpetuated through willful ignorance of human nature.
PUNK IS: a process of questioning and commitment to understanding that results in self-progress, and through repetition, flowers into social evolution.
PUNK IS: a belief that this world is what we make of it, truth comes from our understanding of the way things are, not from the blind adherence to prescriptions about the way things should be.
PUNK IS: the constant struggle against fear of social repercussions.

Notes:

(1) Il y a évidemment autant de « philosophies » punk qu’il y a de punks. Politiquement, on en retrouve autant à la droite qu’à la gauche du spectre, y compris les plus détestables des extrêmes. Cf. O’Hara, Craig, The Philosophy of Punk, Oakland, CA: AK Press, 2001.

Commentaires

  1. Top 2012 Facebook | nelliebriere a commenté:

    31 décembre 2012 à 14 h 22(#)

    [...] aussi intéressant que lui? Sinon j’aimerais en ajouter dans mes amis Facebook SVP!  Disons qu’il contribue grandement à mon éducation sur la participation citoyenne. Mais ce que j’aime le plus à part le fait que toutes ses [...]

Laissez un commentaire



Joignez moi par courriel   Abonnez-vous dans votre agrégateur RSS   Mon profil LinkedIn    Ma page Facebook    Suivez-moi sur Twitter    Joignez-moi sur academia.edu

Abonnez-vous aux mises à jour par courriel:

Je suis économiste indépendant, spécialisé en transformations technologiques et sociales, en développement économique, justice sociale et économie de la culture. Je suis chroniqueur au magazine L'Itinéraire à Montréal, au webzine en arts visuels ratsdeville et blogueur et chroniqueur au Journal de Montréal et au Journal de Québec et je publie des recensions critiques d'essais dans le Huffington Post Québec. J'interviens régulièrement dans plusieurs autres médias, radio, télé et presse imprimée et électronique.

On peut consulter mes interventions dans les médias ici et quelques unes de mes publications ici.

Événements publics

   août  2014 »
DLMaMeJVS
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31