Les passions partagées

L’étude de l’histoire de la pensée économique des arts et de la culture doit accorder une très large place à David Hume (1711-1776) pour plusieurs raisons fondamentales. Il est l’un des rares philosophes à avoir influencé de manière importante à la fois l’histoire des idées sur un si grand nombre de sujets: épistémologie, éthique, politique mais aussi esthétique et économie. Si l’on considère Adam Smith comme le père du libéralisme politique et économique et le fondateur de la science économique comme champ d’étude autonome (il a publié des la Richesse des nations, son œuvre maîtresse, l’année de la mort de Hume), Hume, ami et maître à penser de Smith, doit en être considéré comme le grand-père. Son influence prépondérante sur la pensée politique et économique perdure depuis 250 ans.

David Hume est né à Édimbourg, qui allait être considérée « l’Athènes du Nord », au début du siècle des Lumières qu’il allait profondément influencer (il séjournera sur le continent où il se liera d’amitié avec les encyclopédistes, hébergera Rousseau en exil et influencera fortement Kant). Il rédige le Traité de la nature humaine  au tout début de sa vingtaine (il en complète la rédaction en 1737, à l’âge de 26 ans et publie, anonymement, les premier tomes en 1739), l’ouvrage qui demeurera son principal apport à l’histoire des idées.

Que son magnus opus s’intéresse d’abord à la connaissance de l’homme (avant, donc, l’étude de la société ou de toute autre question) n’est pas innocent. Le sous-titre du Traité est « Un essai pour introduire la méthode expérimentale de raisonnement dans les sujets moraux. » Avant de comprendre quoi que ce soit, il est nécessaire de comprendre la nature du raisonnement humain, autrement dit une théorie de la connaissance doit nécessairement précéder toute science de la morale et du social. Le sous-titre n’est rien d’autre qu’un programme, voire un manifeste: Hume pousse à l’extrême l’empirisme hérité de Hobbes, Locke et Berkeley à un niveau de cohérence qui ne sera plus jamais atteint, si l’on en croit Bertrand Russell: « He represents, in a certain sense, dead end: in his direction, it is impossible to go further. »2 La connaissance de l’entendement humain permet toutes les connaissances.

Poursuivez votre lecture de cet article que j’ai publié dans le webzine des arts visuels, Rats de Ville.

Laisser un commentaire