Violence rectorale

NB: ce texte a été publié originellement le 21 avril 2012 sur le site du Voir.

 

Michel Seymour, professeur de philosophie à l’Université de Montréal – qu’on ne peut taxer de sédition révolutionnaire – vient d’envoyer aux médias et aux élus de l’Assemblée nationale du Québec le texte suivant. Je suis le premier à dénoncer la violence – et même les répliques violentes à la violence, qu’elle soit langagière, symbolique ou physique.

Il importe toutefois de dénoncer toutes les violences – et, surtout, les causes premières du climat délétère dans lequel la société québécoise semble dériver présentement. Ce que fait admirablement ce court texte du professeur Seymour, à mon avis.

Le ras le bol de Ponce Pilate

La Presse du 20 avril 2012 titre que le recteur de l’U de M en a ras-le-bol et est exaspéré par le climat de violence, « tout ça pour un dollar par jour d’augmentation. » Ce propos est lui-même violent pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il est tenu par quelqu’un qui fait près de 400 000$ par année et pour qui une telle hausse, ce n’est rien. Monsieur Breton omet également de préciser que l’augmentation de 1 dollar par jour durera pendant près de 5 ans, ce qui revient à une augmentation de 75% sur 5 ans. Mais surtout, il omet de dire qu’il est l’un des principaux instigateurs du chaos social qui a été engendré ces derniers temps. La conférence des recteurs et principaux des université du Québec (CRÉPUQ) demande depuis des années une telle hausse des frais de scolarité et ce sont eux que le Gouvernement libéral a choisi d’écouter en faisant la sourde oreille aux revendications des étudiant(e)s. Les recteurs sont donc les premiers responsables du vaste fiasco politique engendré par une hausse annoncée qui est aussi draconienne que provocatrice. En affirmant que la solution se trouve au bout de la route 20, il fait l’impasse sur sa propre responsabilité et choisit de se comporter en Ponce Pilate. Enfin, le recteur a lui-même pris partie en faveur de l’autoritarisme et de l’intransigeance du gouvernement en ayant recours à une injonction, en forçant le retour en classe des professeur(e)s, des chargé(e)s de cours et des étudiant(e)s, peu importe le nombre d’étudiants en classe et peu importe si les associations auxquelles ils appartiennent ont voté majoritairement en faveur de la grève. Il a par-dessus le marché fait appel à des agences de sécurité externes au lieu de s’en tenir aux agents de sécurité à l’interne, ce qui équivaut à mettre en place une loi des mesures de guerre sur le campus. Dans les circonstances, son exaspération devant la violence est une façon de chercher à s’innocenter alors qu’en réalité il est par son arrogance l’un des principaux instigateurs de cette même violence.

Laisser un commentaire