Piliers démocratiques

NB: ce texte a été publié originellement le 15 septembre 2012 sur le site du Voir.

 

Texte d’un discours que j’ai prononcé au parc Émilie-Gamelin, à Montréal, le 15 septembre 2012, dans le cadre de la Journée internationale de la Démocratie, à un rassemblement organisé par le Mouvement pour une démocratie nouvelle.

Je suis étonné. Étonné, lorsque j’affirme que le fondement de notre vie en commun repose sur un idéal d’égalité, de passer au mieux pour un doux rêveur. Au pire pour un dangereux séditieux.

L’égalité en 2012 est un non sens. À ce point irréaliste qu’on ne peut même pas en parler.

Pourtant.

Pourtant, le fondement de nos démocraties repose sur l’égalité. Les quatre piliers de la démocratie sont l’égalité devant le vote, l’égalité devant la justice, l’égalité devant l’accès au savoir et l’égalité économique.

Fragilisez l’un de ces piliers et c’est l’ensemble de l’édifice démocratique qui est fragilisé.

Un système électoral plus juste assure une meilleure égalité devant le vote. Réduira l’asservissement populaire étouffé à un système clientéliste et ploutocratique.

Mais il n’assurera pas une meilleure démocratie à lui seul. Tant et aussi longtemps qu’on n’aura pas consolidé les quatre piliers de notre démocratie, elle ne sera pas solide.

Réformer le système de vote est assurément nécessaire. C’est la base. Mais ça n’est pas suffisant.

Il faudra aussi s’assurer d’une plus grande égalité d’accès au système de justice.

Il faudra aussi s’assurer d’une plus grande égalité d’accès à l’éducation, aux sciences et aux arts.

Il faudra, particulièrement, s’assurer d’une plus grande égalité économique.

Il n’y aura jamais de véritable démocratie politique et sociale sans démocratie économique.

La démocratie économique n’est pas un programme fumeux.

La démocratie économique, ce sont les hommes et les femmes de notre communauté qui retrouvent le contrôle sur leur propre destinée.

La démocratie économique, c’est refuser qu’on nous considère uniquement comme des consommateurs.

La démocratie économique, c’est affirmer haut et fort la dignité et la souveraineté du travail humain.

La démocratie économique, c’est de hurler contre l’exclusion violente – l’exclusion par l’analphabétisme, par l’itinérance, par les mises à pieds sauvages, par l’appât du gain inconsidéré.

La démocratie économique, c’est revendiquer notre souveraineté individuelle.

La démocratie économique, c’est l’idéal de l’égalité économique.

L’égalité économique, culturelle, judiciaire et politique – une utopie réaliste et concrète.

Réformer le mode de scrutin pour plus d’égalité politique. Réformer l’économie pour plus d’égalité économique.

Pour une véritable démocratie.

Laisser un commentaire