Radio-Canada est un bien public

NB: ce texte a été publié originellement le 24 janvier 2013 sur le site du Voir.

 

Texte d’un discours que j’ai prononcé le 23 janvier 2013 au Lion d’Or à Montréal, dans le cadre d’une soirée en faveur d’un financement stable et adéquat pour Radio-Canada, organisée par le député de Longueuil-Pierre-Boucher, Pierre Nantel (NPD).

 

Radio-Canada n’est pas un service public. Radio-Canada est un bien public.

Un service public, comme une route ou les pompiers, n’a de valeur sociale que lors qu’il est utilisé.

Un bien public a une valeur en soi.

Un bien public n’appartient pas à ses utilisateurs ou à ses clients. Un bien public appartient à l’ensemble de la communauté.

Radio-Canada est un bien public qui a une valeur culturelle, patrimoniale, communautaire mais aussi démocratique.

L’accès à une information rigoureuse, à des analyses en profondeur, à une connaissance qui ouvre les horizons permet à une communauté d’être meilleure, de débattre avec plus d’intelligence et de progresser.

Radio-Canada n’est pas une business pas plus qu’un bien public au simple service de son auditoire.

Radio-Canada a une valeur pour l’ensemble des communautés au pays.

Le gouvernement fédéral a un devoir civique, politique et culturel d’assurer la protection de ce bien public qui n’est en aucune façon sa propriété mais appartient à l’ensemble des citoyens de ce pays.

Radio-Canada est un bien public précieux dont on doit prendre soin.

Laisser un commentaire