Il y a un an, le désir de la délibération

NB: ce texte a été publié originellement le 7 avril 2013 sur le site du Voir.

 

Dans ma vie personnelle, le 7 avril est sans aucun doute la journée la plus importante de toute l’année 2012. Pour l’une des premières fois, moi qui suis économiste et, donc, ai l’habitude du discours neutre, je parlais au « Je » en réfléchissant, pourtant, à nos liens collectifs.

Il y a donc exactement un an aujourd’hui se déroulait l’événement NOUS ? au Monument National à Montréal (et partout sur le web). De midi à minuit, 75 intellectuels et artistes prenaient tour à tour la parole sur scène pour favoriser la réflexion sur notre vivre-ensemble.

Nous étions au plus fort de la grève étudiante, deux semaines après la première grande manifestation du 22 mars. À mon sens, cet événement a marqué un tournant du printemps québécois. Les assemblées populaires autonomes de quartier multipliaient les débats et les échanges sur les problèmes sociaux auxquels nous faisons face. Étudiants, professeurs, citoyens de toutes origines et de tous parcours se réunissaient dans un élan quasi inédit, un désir profond de se retrouver au cœur d’une discussion commune. Des voisins de palier qui ne s’étaient jamais adressés la parole se retrouvaient à chanter et à discuter dans les rues.

Le 7 avril 2012 a marqué, pour moi, le début d’une grande délibération démocratique au Québec. Certes, les gigantesques manifestations amalgamaient des revendications qui allaient dans tous les sens. Mais pour moi, c’était l’une des premières fois depuis longtemps où une masse aussi importante de Québécois exprimaient le désir de cette délibération. Le coup d’envoi, je l’espère très sincèrement, à un renouveau de notre vie démocratique qui se poursuivra encore longtemps.

Comme 75 autres personnes sur scène, comme des milliers d’autres dans la rue et sur le web, je parlais, ce soir-là, au « Je » pour modestement contribuer à redéfinir ce « Nous » qui nous unit. Comme c’est le cas pour de nombreux autres, cette journée a changé par la suite ma vie – j’y ai noué de nouvelles amitiés durables, des liens de solidarité essentiels et retrouvé l’espoir de voir notre vivre-ensemble profondément renouvelé. Amitiés, liens et espoir que nous nous devons plus que jamais, collectivement, alimenter.

Ci-dessous, la vidéo et le texte de mon discours. Sur la chaîne YouTube de l’événement, on peut retrouver la totalité des 75 discours. La revue Liberté a publié dans son numéro 296 (été 2012) une dizaine de textes choisis parmi ces discours.

Laisser un commentaire