Plus de personnes âgées sur le marché du travail | Entrevue (Radio-Canada Bas-Saint-Laurent)

J’ai profité de la publication de nouvelles données du recensement hier pour examiner d’un peu plus près la situation du marché du travail dans le Bas-Saint-Laurent, à la demande du journaliste Jérôme Lévesque-Boucher:

——-

Publié le mercredi 29 novembre 2017 à 20 h 58

La proportion de personnes âgées de 65 ans et plus sur le marché du travail a plus que doublé au cours des dix dernières années au Bas-Saint-Laurent. C’est ce que révèlent les dernières données du recensement de 2016 rendues publiques par Statistique Canada pour les trois régions urbaines de Matane, de Rimouski et de Rivière-du-Loup.

Si 1,5 % des employés étaient âgés de 65 ans et plus en 2005 dans la région, ils représentent maintenant 3,2 % des salariés, selon l’analyse de l’économiste indépendant Ianik Marcil. Selon lui, deux facteurs particuliers expliquent cette forte hausse.

Ça dénote qu’il y a des gens qui ont probablement besoin de travailler et qu’il y en a d’autres qui, […] tout simplement, le peuvent parce qu’ils sont en meilleure santé.

Ianik Marcil, économiste indépendant

L’économiste ajoute qu’il n’y a pas si longtemps, les personnes qui prenaient leur retraite avaient accès à un support social ou à des épargnes personnelles, ce qui est de moins en moins une réalité aujourd’hui.

La présence des 65 ans et plus est une tendance qui existe partout au Québec et au Canada, mais qui est plus accentuée dans la région du Bas-Saint-Laurent.

Une plus grande proportion d’emplois dans le secteur des services

Les données du recensement 2016 révèlent aussi une augmentation importante de la part de l’emploi dans le secteur des produits et services.

Alors que ce secteur représentait un peu plus de 70 % des emplois en 2005 au Bas-Saint-Laurent, il représente maintenant 75,5 % des emplois. Cette hausse s’explique notamment par une forte croissance du secteur de la santé et de l’assistance sociale.

C’est quand même une hausse importante, […] 10 ans, c’est court pour que la structure de l’emploi change à ce point-là.

Ianik Marcil, économiste indépendant

Cette tendance est cependant encore une fois observable partout au pays.

À l’inverse, le secteur de la production de biens a chuté de 4,3 %, une diminution attribuable au ralentissement des activités dans les secteurs des ressources naturelles et manufacturières.

De son côté, le secteur des services professionnels, scientifiques et techniques a aussi connu une hausse, plus modeste, de 2,3 % sur la même période.

D’après les informations de Jérôme Lévesque-Boucher

 

Laisser un commentaire