L’impact économique de l’immigration | Édito à «La Matinale» (CIBL | vidéo)

Mon éditorial de la semaine à La Matinale de CIBL portait sur les impacts économiques de l’immigration. Dans le contexte où l’arrivée de nombreux demandeurs d’asile ravive les débats sur les méfaits supposés de l’immigration, il me semble nécessaire de poser les bases de la discussion sur les faits. J’ajoute après la vidéo, ci-dessous, quelques éléments complémentaires.

1.- Comme je l’ai mentionné, l’immigration ne crée pas plus de chômage que l’arrivée massive des femmes sur le marché du travail depuis la fin des années 1960 n’en a causé. Le graphique suivant, qui met en relation le taux de chômage au Québec et l’immigration nette par rapport à la population de la province montre bien qu’il n’y a pas de corrélation entre les deux phénomènes. Bien plus: malgré une hausse relative de l’immigration depuis vingt ans (et la continuation de l’arrivée des femmes sur le marché du travail, d’ailleurs), le taux de chômage n’a pas cessé de baisser. Évidemment, ce simple graphique ne raconte pas toute l’histoire et ne montre en rien un lien de causalité entre les deux phnomènes, mais il met néanmoins en échec cet argument faux. (Source des données: ISQ.)

Continuer la lecture de L’impact économique de l’immigration | Édito à «La Matinale» (CIBL | vidéo)

L’accueil des demandeurs d’asile: mise au point | Édito à «La Matinale» (CIBL | vidéo)

Face à l’arrivée d’un nombre important de demandeurs d’asile dans la région de Montréal, en grande majorité d’origine haïtienne et en provenance des États-Unis, il se dit à peu près tout et n’importe quoi par les temps qui courent. Quelques faits méritent d’être soulignés, ce que j’ai proposé dans mon éditorial hebdomadaire à La Matinale de CIBL, ce matin.

*Ma langue a fourchu, c’est bien évidemment 150 demandeurs d’asile par jour dont il est question, pas par semaine.

La spirale d’appauvrissement | Chronique à «L’Itinéraire»

L’une des choses que l’on constate rapidement lorsqu’on étudie les relations économiques et sociales, c’est leur grande fragilité. Notre bien-être matériel – et, ce faisant – notre bien-être tout court – ne tient qu’à bien peu et est susceptible de s’écrouler rapidement, dans une spirale d’appauvrissement. C’est l’objet de mon éditorial dans L’Itinéraire du 1er août.

Avant-goût:

Stéphanie a deux grands ados à la maison. Leur père a disparu dans la brume depuis belle lurette. Elle enseignait aux élèves du primaire dans une école de Côte-des-Neiges où les enfants ont des dizaines de langues maternelles différentes. Plusieurs d’entre eux sont issus de l’immigration récente et doivent relever de multiples défis pour leur intégration, pour reprendre le jargon ministériel. Dans la réalité, ce sont des personnes comme Stéphanie qui doivent composer à chaque minute avec des problèmes bien concrets. Mais il y a deux ans, les nerfs de Stéphanie ont lâché ; elle a fait un burn-out. Comme elle n’avait pas de poste régulier, donc aucune sécurité professionnelle, elle a plongé dans une spirale d’appauvrissement. Elle survit actuellement de l’aide sociale.

La suite dans votre magazine en vente dès maintenant!

C’est quoi le concept? Épisode 3: le chômage | Chronique à «Les éclaireurs» (Radio-Canada | audio)

Dans le cadre de ma a série « C’est quoi le concept? » au magazine Les Éclaireurs de la radio de Radio-Canada, ce troisième épisode diffusé hier soir est consacré au chômage.

Phénomène souvent confondu avec les programmes d’assurance-emploi, le chômage dépasse des considérations strictement économiques. Cela dit, il est bon d’en maîtriser les concepts, puisque ceux-ci sont largement utilisés dans les médias tous les jours. L’illustration suivante schématise les principales notions.

Ma chronique s’écoute sur l’audio-fil de Radio-Canada, ici.

 

Voir ailleurs si on y est | Chronique à «L’Itinéraire»

La planète est de plus en plus petite, c’est un lieu commun. Mais on mesure mal comment le tourisme a changé la face du monde et notre rapport au monde. C’est l’objet de ma chronique dans le dernier numéro de L’Itinéraire, en vente dès aujourd’hui partout à Montréal!

 

Je suis toujours étonné de voir passer sur Facebook les photos de voyage de mes semblables. Aucune destination ne semble étrangère à mes contacts, qui arpentent la Thaïlande, la Suisse, le Japon, l’Argentine, l’Égypte, l’Afrique du Sud, ou l’Islande. Et ces gens ne sont pas richissimes, il s’agit du « monde ordinaire », de couples, de familles de la classe moyenne. Cela est rendu tellement habituel, qu’on ne s’étonne plus de l’« exotisme » de ces destinations. Il n’y a pas si longtemps, visiter Bankok, Moscou, Le Cap ou Buenos Aires était réservé à une élite fortunée. Plus généralement, le tourisme de masse planétaire aura probablement été l’un des épisodes de démocratisation économique les plus marquants de l’histoire.

L’âge de l’obsolescence | Chronique à «L’Itinéraire»

Ma chronique dans le dernier numéro de L’Itinéraire – une réflexion sur l’âge et le vieillissement.

J’ai eu 47 ans ce printemps. L’ordinateur sur lequel j’écris ce texte en a trois. Selon l’« usage » qu’on fera d’un humain ou d’un ordinateur, ces deux âges peuvent signifier une limite bientôt atteinte de leur utilité pour le système économique. Puisque je n’utilise que des fonctions élémentaires de mon ordinateur qui ne requièrent pas une grande performance, il devrait convenir à mes besoins pour plusieurs années encore. Ce qui ne serait pas le cas si j’étais designer graphique ou que je manipulais d’immenses bases de données. Il en va de même pour les êtres humains.

Dans l’ombre | Chronique à «L’Itinéraire»

Les festivités du 375e anniversaire de Montréal coûteront cher, très cher. Mais à qui profiteront-elles? C’est l’objet de ma réflexion dans ma chronique du numéro du 15 mai du magazine L’Itinéraire, dans les mains de votre camelot maintenant.

Il s’agit de notre numéro annuel spécial «100% camelots»: ce sont eux qui ont assumé la direction éditoriale de l’ensemble du numéro et qui ont produit la presque totalité des articles.

Revenu minimum garanti en Ontario | Chronique à «Les éclaireurs» (Radio-Canada | audio)

Le gouvernement ontarien de la libérale Kathleen Wynne a mis en place la semaine dernière le projet pilote de revenu minimum garanti, promesse de la dernière élection générale, dans les villes de Hamilton, Thunder Bay et Lindsay. Il touchera 4000 personnes à faible revenu âgées de 18 à 65 ans et durera 3 ans. Un projet pilote parallèle sera destiné aux membres des Premières nations.

Ce projet se base, notamment, sur des recommandations de l’ex sénateur conservateur Hugh Segal (qu’on peut lire ici).

C’était l’objet de ma chronique d’hier soir au magazine « Les Éclaireurs » de la première chaîne de Radio-Canada.

Continuer la lecture de Revenu minimum garanti en Ontario | Chronique à «Les éclaireurs» (Radio-Canada | audio)

La robotisation et l’âme des humains… il y a cinquante ans!

Plusieurs personnes ayant assisté à mes récentes conférences sur la robotisation et le travail m’ont demandé la référence à un article du magazine LIFE de juillet 1963 que je mentionne. J’en profite pour en partager quelques pages avec vous. À quelques détails près, elles auraient pu être écrites aujourd’hui; on a du mal à croire qu’elles ont été publiées il y a plus de 50 ans.

La fin du reportage est particulièrement délicieuse et actuelle (c’est le PDG d’une entreprise de fabrication de machines-outils qui parle):

Continuer la lecture de La robotisation et l’âme des humains… il y a cinquante ans!

Cabaret Carrefour Absolu 6e édition

Ce soir, Absolu Théâtre et le Carrefour Parenfants présentent le Cabaret Carrefour Absolu 6e édition. Un spectacle plein de vie, de rires et de talents, doublé d’un encan très, très chouette. Ces deux organismes importants de Hochelaga-Maisonneuve montrent que le théâtre peut aider concrètement les jeunes du quartier. Une initiative fabuleuse! La soirée est sous la présidence d’honneur de la non moins fabuleuse Ève Landry. À titre de membre du CA d’Absolu depuis tout ce temps, je ne cesse de m’émerveiller du beau et du bon que ces organismes réalisent.

Si vous ne pouvez y être, vous pouvez faire un don, petit ou grand, par ici.

À ce soir!