Prendre soin | Chronique à «L’Itinéraire»

Le dernier numéro du magazine L’Itinéraire est consacré à l’industrie du bonheur. Ma chronique « Prendre soin » réfléchit aux limites de l’empathie, inspiré en cela par la lecture du magnifique livre de la psychiatre et poète Ouanessa Younsi, Soigner, aimer (éd. Mémoire d’encrier).

La fracture numérique | Table-ronde (Conférence «Métropolis»)

Cet après-midi, je participe à une table-ronde au 19e Congrès national Métropolis sur la fracture numérique, probablement l’un des plus grands défis actuels pour le développement économique et la justice sociale, avec Mario Asselin, Michelle Blanc et Marc Lijour. L’événement est organisé par Nathalie Rochefort, présidente de DeGama.

À 15h45 au Sheraton Centre-Ville Montréal.

 

Ajout – quelques traces:

L’épargne au Canada | Chronique à «Les éclaireurs» (Radio-Canada | audio)

Les niveaux d’épargne des ménages canadiens varient énormément, d’une province à l’autre, et dans le temps. C’était le sujet de ma chronique hier au magazine « Les éclaireurs » de la première chaîne de Radio-Canada, qu’on peut écouter ici.

Les deux graphiques suivants montrent à quel point ces variations peuvent être spectaculaires:

La privatisation du contrat social | Relations

Le numéro d’avril 2014 de la Revue Relations publie un dossier sur les régimes de retraite: « La retraite: une responsabilité collective« .

Relations-135Dans ce dossier coordonné par Catherine Caron, on peut y lire des analyses et études sur « Le modèle néerlandais » par Eve-Lyne Couturier, « Le rapport D’Amours : de mauvaises solutions » par Gilles L. Bourque et Frédéric Hanin, « Les femmes et la retraite » et « Revenir à la solidarité intergénérationnelle » par Ruth Rose et « Un exemple de régime novateur » par Michel Lizée en plus d’une entrevue avec le sociologue Maxime Lefrançois par Emiliano Arpin-Simonetti. J’ai l’honneur d’y signer un texte, « La privatisation du contrat social »:

Si les problèmes des régimes de retraites, privés autant que publics, sont de nature financière, fiscale, économique et électorale, ils relèvent en premier lieu du politique et de la vie collective, donc du contrat social. Plus spécifiquement : de la nature du contrat social intergénérationnel. Le sous-titre du rapport du Comité d’experts sur l’avenir du système de retraite québécois (le « rapport D’Amours ») – Un contrat social pour renforcer la sécurité financière de tous les travailleurs québécois – en témoignait bien.

La suite ici, en pdf.