Le Jour du dépassement | Édito à «La Matinale» (CIBL | vidéo)

Ce 2 août 2017 marque le Jour du dépassement de la Terre, c’est-à-dire le moment où les humains commencent à vivre a crédit des ressources de la planète. C’est l’ONG californien Global Footprint Network qui en fait le calcul et c’était l’objet de mon éditorial ce matin à La Matinale de CIBL.

 

En complément, une infographie intéressante publiée par le quotidien Le Monde:

 

 

 

Prière à la Terre

En ce Jour de la Terre, ma chanson thème est la magnifique « Prière à la Terre » du duo Les Séguin, parue sur leur disque Récolte de rêves en 1975 – un disque que j’ai tant écouté qu’il en est le plus usé de ma collection. Je nous l’offre aujourd’hui – en souhaitant que Marie-Claire Séguin et Richard Séguin ne m’en tiennent pas rigueur. Si vous ne possédez pas ce disque splendide, faites-vous plaisir et procurez-le vous – douze plages de beauté pure.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 

 

 

 

 

 

Vous avez détruit la beauté du monde

Un dimanche, début juin. En haut de la Place Jacques-Cartier à Montréal, face à l’Hôtel de ville, une jeune femme de 28 ans s’assied tranquillement sur le sol. Les calèches passent lentement sur la rue Notre-Dame, des touristes admirent le Vieux Montréal, il fait 18°C, le vent est doux et le ciel porte quelques nuages. Sans que personne ne le remarque, la jeune femme s’asperge d’essence et s’immole. Tandis qu’elle brûle vive, les passants horrifiés et impuissants l’entendent hurler: « VOUS AVEZ DÉTRUIT LA BEAUTÉ DU MONDE!

Cette jeune femme est Huguette Gaulin. Nous sommes en 1972, elle vient de publier un recueil de poésie qui fera époque, Lecture en vélocipède. Son histoire a durablement marqué les Québécois, en partie parce que Luc Plamondon a écrit une chanson qui s’en inspirait, interprétée notamment par Diane Dufresne.

Appréhender la profondeur abyssale de la tristesse de cette femme face à la destruction du monde est une tâche impossible. La sensibilité profonde, extrême, de la poète aux désastres de l’industrialisation sur l’environnement serait caricaturale, si ça n’était de sa fin tragique.

Poursuivez votre lecture de cet article que j’ai publié dans le webzine des arts visuels, Rats de Ville.

Des êtres qui disparaissent

Le Guardian publié il y a quelques jours quelques images magnifiques et tragiques des effets des changements climatiques sur les êtres vivants de notre planète.

Celle-ci est particulièrement troublante. Il s’agit de chasseurs du peuple San (Bochimans) du désert de Kalahari, au sud de l’Afrique. Jadis composée de millions d’individus, il ne reste qu’à peine 2000 chasseurs-cueilleurs de ce peuple, réduit à la quasi-extinction à cause de l’avancée de la désertification de leurs terres.

Les changements climatiques – nouveaux enjeux géopolitiques

Le Devoir de ce matin fait état d’un rapport du ministère de la Défense nationale dont il a obtenu copie: L’environnement de la sécurité future: 2008-2030. Le quotidien montréalais le rend disponible en ligne. Je n’ai que parcouru le document, manifestement très intéressant, qui fait état de tous les changements à venir sur la planète et de leurs impacts – qu’ils soient politiques, économiques ou écologiques.

Le Devoir en résume, à propos, une conclusion frappante:

Les Forces canadiennes se préparent à intervenir aux quatre coins du globe en raison du réchauffement de la planète, qui provoquera une course aux ressources naturelles, des guerres régionales violentes et des catastrophes en cascade, révèle un document inédit.

La lutte contre les changements climatiques n’est pas une priorité du gouvernement Harper, qui a souvent été accusé de nuire aux négociations internationales sur le sujet. Or, l’armée canadienne prend le phénomène très au sérieux. Elle s’attend au pire.

Il est aisé de critiquer notre armée (qu’on soit anti-militariste ou non) et ses interventions, mais une chose demeure: on oublie trop souvent que c’est Lester B. Pearson, ancien premier ministre canadien, qui est le père du concept de maintien de la paix et de la création des Casques bleus. Comme petite armée d’un immense territoire, l’armée canadienne a été depuis des décennies à l’origine de plusieurs avancées intéressantes en termes de maintien de la paix et de la sécurité. À suivre…