Quels sont les impacts d’une pénurie de main-d’œuvre? | Entrevue à « Info-réveil » (Radio-Canada Bas-Saint-Laurent | audio)

Certaines entreprise du Bas-Saint-Laurent peinent à recruter de la main-d’œuvre, et pour cause: la proportion de personnes actives sur le marché de l’emploi (par rapport à l’ensemble de la population) a substantiellement diminué ces dernières années, à l’instar de ce que l’on constate dans plusieurs autres régions du Québec.

Je discutais des causes et conséquences de la situation. à la radio de Radio-Canada, hier. On peut entendre l’entrevue, ici, chronique « Des nouvelles du KRTB« . Un article étoffe ces informations et réflexions, ici:

Quels sont les impacts d’une pénurie de main-d’œuvre?

La campagne électorale municipale étant maintenant lancée, les défis qu’auront les prochains élus du Bas-Saint-Laurent au cours de leur mandat seront nombreux. L’un d’entre eux sera, sans l’ombre d’un doute, la pénurie de main-d’oeuvre qui touche la région.

Continuer la lecture de Quels sont les impacts d’une pénurie de main-d’œuvre? | Entrevue à « Info-réveil » (Radio-Canada Bas-Saint-Laurent | audio)

L’âge de l’obsolescence | Chronique à «L’Itinéraire»

Ma chronique dans le dernier numéro de L’Itinéraire – une réflexion sur l’âge et le vieillissement.

J’ai eu 47 ans ce printemps. L’ordinateur sur lequel j’écris ce texte en a trois. Selon l’« usage » qu’on fera d’un humain ou d’un ordinateur, ces deux âges peuvent signifier une limite bientôt atteinte de leur utilité pour le système économique. Puisque je n’utilise que des fonctions élémentaires de mon ordinateur qui ne requièrent pas une grande performance, il devrait convenir à mes besoins pour plusieurs années encore. Ce qui ne serait pas le cas si j’étais designer graphique ou que je manipulais d’immenses bases de données. Il en va de même pour les êtres humains.

Non, les robots ne voleront pas votre emploi | Chronique à «Les éclaireurs» (Radio-Canada | audio)

Ma chronique de cette semaine au magazine Les Éclaireurs de Radio-Canada: la robotisation et l’avenir de l’emploi.

 

Les « manchettes catastrophistes et les exemples frappants » concernant la robotisation dans le milieu du travail font écho à des craintes similaires mises de l’avant à maintes reprises dans l’histoire de nos sociétés, selon l’économiste Ianik Marcil. D’après lui, chaque fois, les scénarios pessimistes anticipés ne se sont pas concrétisés.

Depuis 250 ans et le début de l’ère industrielle, l’amélioration des machines a toujours eu des répercussions sur les travailleurs en autonomisant certaines de leurs tâches. Il faut se souvenir, explique Ianik Marcil, que dans la plupart des cas, on parle de l’adaptation d’un emploi, pas de sa disparition. Inutile, donc, de tomber dans la dramatisation et l’exagération.

Métiers en voie de disparition
En fait, seulement de 5 à 9 % des métiers seraient menacés par la robotisation, déclare l’économiste. La société, par la redistribution des richesses et l’offre de nouvelles options à ces nouveaux chômeurs, peut absorber ces pertes d’emploi, comme elle l’a fait, par exemple, avec les allumeurs de réverbères, profession que la modernité a rendue désuète au cours du 20siècle.

Des robots capables d’apprendre
Les robots de notre époque ne servent plus seulement à la répétition de tâches manuelles. Ils sont désormais dotés d’un certain jugement et bénéficient d’une capacité d’apprentissage. L’innovation dans ce domaine peut donc sortir des usines pour aller chez un juriste, un radiologue ou un traducteur, par exemple.

 

Vente à pression dans les banques | Édito à «La Matinale» (CIBL | vidéo)

Une banque presse le citron de son personnel afin d’augmenter les ventes. En bout de piste, employés, consommateurs et épargnants sont tous coincés dans le même système. Mon édito de ce matin à « La Matinale » de CIBL 101,5 FM Montréal.