Dans l’ombre | Chronique à «L’Itinéraire»

Les festivités du 375e anniversaire de Montréal coûteront cher, très cher. Mais à qui profiteront-elles? C’est l’objet de ma réflexion dans ma chronique du numéro du 15 mai du magazine L’Itinéraire, dans les mains de votre camelot maintenant.

Il s’agit de notre numéro annuel spécial «100% camelots»: ce sont eux qui ont assumé la direction éditoriale de l’ensemble du numéro et qui ont produit la presque totalité des articles.

Le temps des semences | Chronique à «L’Itinéraire»

Le plus récent numéro du magazine L’Itinéraire est consacré au stress post-traumatique, incluant, notamment, une longue entrevue avec le général Roméo Dallaire. Je consacre ma chronique à un sujet moins lourd, « Le temps des semences » réfléchit à notre rapport à l’agriculture et à l’alimentation. Dans les mains de nos camelots à Montréal, jusqu’à la fin du mois!

 

Prendre soin | Chronique à «L’Itinéraire»

Le dernier numéro du magazine L’Itinéraire est consacré à l’industrie du bonheur. Ma chronique « Prendre soin » réfléchit aux limites de l’empathie, inspiré en cela par la lecture du magnifique livre de la psychiatre et poète Ouanessa Younsi, Soigner, aimer (éd. Mémoire d’encrier).

Surmonter le pessimisme | Chronique à «L’Itinéraire»

Le dernier numéro de L’Itinéraire est dans les mains d’un de nos 150 camelots, ami-es de Montréal! Le dossier cette semaine: charité et philanthropie. Ma chronique, «Surmonter le pessimisme» – où je vous parle brièvement du petit dernier de Hervé Kempf (Éditions du Seuil), «Tout est prêt pour que tout empire». Bonne lecture!

L’«Itinéraire» a vingt ans !

L’Itinéraire, le journal de rue de Montréal, fête cette année ses vingt ans. Faut le faire ! Un magazine qui fait maintenant près de 50 pages, publié deux fois par mois, produit par des artisans convaincus et généreux et distribué par des camelots de la rue. Un magazine qui est l’incarnation même de l’insertion sociale pour les exclus de notre opulente société. Je lis presque systématiquement l’Itinéraire depuis ses débuts. Ce fut d’abord, comme bien d’autres, pour encourager l’initiative. Puis, par simple intérêt – car il s’agit là d’un magazine de grande qualité, traitant d’une multitude de sujets d’importance.

Itinéraire-Ianik-MarcilPourtant, c’est son talon d’Achille: si on n’a jamais lu l’Itinéraire, on croit qu’il ne parle que d’itinérance. Or, ça n’est pas le cas. Culture, politique, économie, justice ou développement social sont autant de thématiques traitées par ce que d’aucun appellent L’Actualité de la rue.

Pour ses vingt ans, le magazine revampe à la fois sa maquette et son contenu. Je ne suis pas peu fier de débuter, avec ce numéro du 1er février, une collaboration régulière. À chaque édition, j’y signerai un chronique d’humeur sur les dérives morales de nos systèmes économiques et politiques, sur les injustices qu’ils créent et, aussi, sur la possibilité que nous avons de changer les choses.

Mardi le 4 février, l’Itinéraire organise un événement spécial pour souligner ses vingt ans, « Camelot d’un jour »:

Une quarantaine de personnalités d’affaires et médiatiques vendront L’Itinéraire avec un camelot, de 11h30 à 12h30. Les profits de la vente iront au camelot. L’exercice se veut un geste de solidarité envers des personnes qui chaque jour vont dans la rue pour se réinsérer et vendre un magazine de conscientisation sociale aux Montréalais.

La vingtaine de personnalités du milieu des affaires ont également pour objectif de récolter chacune quelque 2 000 $ pour soutenir les services de réinsertion de L’Itinéraire.

Pour en savoir plus, c’est par ici.

Longue vie à cette initiative essentielle !

PS: Pour celles et ceux n’habitant pas Montréal, vous pouvez lire le numéro précédant de l’Itinéraire en version PDF sur leur site web (le jour de la sortie du numéro courant).