Limiter le revenu des PDG | Entrevue à «Avenir d’idées» (Atelier 10 | audio)

Dans le cadre du podcast « Avenir d’idées » de Atelier 10, éditeur du superbe magazine Nouveau projet, Étienne Cloutier m’a interviewé sur cette idée de plus en plus populaire: taxer le revenu des patrons lorsqu’il représente un écart trop grand avec la moyenne de celui de leurs employé-es. C’est le cas, par exemple, de Portland, OR.

On peut écouter l’épisode, ici.

De métal et d’or

J’ai eu l’honneur d’introduire le sujet de l’édition d’aujourd’hui de l’émission Dans le champ lexical portant sur le métal.

On peut m’entendre ici, ou lire mon intervention ci-dessous.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.


Tu sais, au début, la Terre était une grosse sphère de métal en fusion. Notre planète primordiale était ardente et furieuse comme les enfers. Métal incandescent et embrasé, coulant et flasque.

Le temps a passé. Les ardeurs des enfers se sont calmées. Le métal s’est solidifié. En partie. Le cœur de la Terre bat toujours de cet incessant bouillonnement métallique.

Et les Hommes sont apparus. Ils ont découvert le métal, caché dans la pierre dure. Ils ont cherché à le maîtriser, à le manier, à le rendre malléable.

Ce fut l’âge des métaux. L’âge du cuivre, puis l’âge du bronze, puis l’âge du fer.

À l’intérieur de l’Homme, il y avait ce désir enfoui de retrouver l’ère primordiale. Celle de la Terre en fusion. De maîtriser le chaos bouillonnant du métal.

Mais avant ces âges métalliques, il y eût l’âge d’or.

L’Or.

Le roi des métaux.

Ce caillou jaunâtre et brillant, un homme de l’âge de pierre l’a ramassé. Il l’a martelé comme il le faisait de n’importe quelle pierre. Surprise ! le caillou ne vola pas en éclat. Il s’aplatît, devint mou, il forme un disque qui brille comme le soleil. Il est le soleil !

L’âge d’or, temps béni, temps doux, chaud et moelleux comme l’or, comme la chaleur du soleil. Les Égyptiens prétendaient que l’or était la chair du soleil, vois-tu.

L’âge d’or, bien avant celui du bronze ou du fer, métaux durs, bruyants, froids. Métaux qui deviendraient ponts et fusils, rails et machines.

Maîtriser le fer, c’est fabriquer le fer à cheval, le pont de fer, l’armure de fer, le chemin de fer, la chaine de fer.

Être fort comme le fer et avoir une discipline de fer.

La discipline du labeur à la sueur de son front, celle du forgeron et de l’ouvrier dans l’usine assourdissante, du hurlement de la locomotive sur les rails, des engrenages monstrueux de la machine, la furie du métal en fusion dans les fours industriels.

L’âge du métal, c’est l’âge industriel, tu vois. C’est surtout l’âge de la violence du bruit, du choc brutal des pièces, des barres, des vis, des rivets…

Alors que l’âge d’or, c’est la douceur, c’est la chaleur, c’est brillant comme ton cœur d’or.

Sous sa douceur solaire se cache pourtant la furie des Hommes ; leur convoitise comme la violence de leur pouvoir. Tu veux rouler sur l’or, alors que tu sais que l’enfer est pavé de bonnes intentions ?

Mais pour tout l’or du monde tu ne voudrais sacrifier ta liberté, me dis-tu ? L’homme est né libre, et partout il est dans les fers, pourtant. Esclave du métal. Esclave du roi des métaux.

Tout l’or du monde… Tu sais ce que cela représente ? Un paquebot. Tout l’or du monde tient dans un simple paquebot, pour vrai ! Le métal royal, qui se déplace sur les sept mers du Monde.

Sous lesquelles bouillonnent encore furieusement les métaux primordiaux.

Tu sais, au début, la Terre était une grosse sphère de métal en fusion. À la fin, elle sera une grosse sphère métallique, dure, grise et froide, une Terre vidée de ses habitants, après l’histoire, après les Hommes, errant dans le silence éternel des espaces infinis.