Portrait socio-économique du Nouveau-Brunswick | Chronique à «Les éclaireurs» (Radio-Canada | audio)

Le magasine «Les éclaireurs» passe la semaine à Moncton, au Nouveau-Brunswick. J’en ai profité pour dresser un petit portrait, bien impressionniste, de la situation socio-économique de la province, dans le cadre de ma chronique d’hier.

On peut l’entendre sur l’audio-fil de Radio-Canada.

 

La croissance du produit intérieur brut (PIB) par habitant a été très forte au Nouveau-Brunswick en 2015, un signe encourageant pour les entreprises et les Néo-Brunswickois, estime l’économiste Ianik Marcil. Les défis sont toutefois nombreux : le chômage, la diversification des activités et la capacité de retenir les jeunes sont quelques-unes des préoccupations qu’il mentionne.

Le PIB, « c’est la vraie base de l’enrichissement », selon le chroniqueur. Ainsi, malgré un portrait démographique terne – le Nouveau-Brunswick est la seule province qui, au dernier recensement, présentait une baisse de la population –, il y a « des bases d’espoir » pour la région.

Ce n’est pas juste la démographie qui fait la richesse d’une province.

Ianik Marcil

 

Faible prix de la vie et bonnes habitudes de consommation
Ianik Marcil vante également les habitants de la province, qui, grâce à de bonnes pratiques et à des prix inférieurs à ce qu’on trouve ailleurs au pays, dépensent moins. Concrètement, il mentionne que la famille moyenne débourse annuellement environ 10 000 $ de moins que dans le reste du Canada. Le logement, entre autres, coûte à peu près 5000 $ de moins par année au Nouveau-Brunswick.