« Sciences et politique » | Nouvelle chronique à l’Agence Science-Presse

Scott Pruitt est le patron de l’Agence de protection de l’environnement (EPA) des États-Unis, nommé par Donald Trump. Son rôle et ses pouvoirs équivalent à ceux de notre ministre de l’Environnement. En 2014, le New York Times révélait qu’il entretenait d’étroites relations avec les lobbys pétroliers, sans compter qu’il soit « climatosceptique », dans le cadre de ses fonctions de procureur général de l’état de l’Oklahoma. Il y a quelques semaines, il déclarait que la science ne devrait pas dicter les politiques publiques: « Science should not be something that’s just thrown about to try to dictate policy in Washington, D.C. » Il ajoutait que les préoccupations entourant les gaz à effet de serre aux États-Unis étaient utilisées à des fins politiques et que l’administration Obama en avait fait un instrument de politique de la division (wedge politics). Ajoutons que peu de temps après sa nomination, Pruitt a mis à l’écart la moitié des membres de son conseil scientifique dans le but éventuel de les remplacer par des représentants de l’industrie.

Continuer la lecture de « Sciences et politique » | Nouvelle chronique à l’Agence Science-Presse